Assign a 'primary' menu

All posts by admin

Quelle différence entre ostéopathe et étiopathe ?

Nombreux sont ceux qui font encore l’amalgame entre un ostéopathe et un étiopathe de nos jours. Il est vrai que ces deux pratiquants mettent en œuvre une méthode de traitement médicamenteuse, mais les deux médecines, bien qu’ayant quelques points communs, restent, deux pratiques distinctes l’une de l’autre. Quelle est donc la différence entre un étiopathe et un ostéopathe ?

Qu’est-ce qu’un ostéopathe, un étiopathe ?

Bien que l’étiopathie et l’ostéopathie soient deux techniques de soin non médicamenteuses, elles sont fondamentalement différentes de par leur origine, de la méthode de soin à proprement dit et aussi par l’enseignement de ces dernières.

Un ostéopathe est un pratiquant qui prodigue des soins manuels se basant uniquement sur l’intégralité de la structure corporelle du patient malade.

L’étiopathe en revanche est un pratiquant qui se concentre avant tout sur le bilan pathologique du patient avant de finaliser ses soins par un traitement manuel. Si vous êtes sur Paris, consultez le site de cet étiopathe : cabinet-etiopathie.com

Quelle est donc la différence ?

Déjà, une ostéopathe doit être issue d’une des 70 écoles qui existent aujourd’hui en France, alors que l’étiopathe, ne doit être sortant que d’une des 4 écoles qui existent aujourd’hui. La formation d’un ostéopathe dure en moyenne trois ans, contrairement à celle d’un étiopathe qui doit avoir suivi 6 ans d’études cliniques pour ensuite pratiquer.

Si l’ostéopathe se concentre majoritairement sur l’intégralité de la structure du corps, dont les os, les muscles, les nerfs et les articulations. Mais dans l’établissement du traitement à appliquer, il doit aussi s’intéresser au style de vie de la personne. L’étiopathe lui doit s’intéresser à tous les aspects du corps humain, que ce soit anatomique, physiologique ou psychologique car tout cela compte.

Après une consultation avec une batterie de questions, l’étiopathe peut demander des examens cliniques avant d’agir sur son patient. Les deux médecines alternatives se basent sur les techniques de manipulation pour les soins, leur point commun depuis toujours, mais restent ainsi différentes autant dans l’apprentissage et la formation, que dans la pratique en temps réel.